Cité Blanche Gutenberg

Cité Blanche Gutenberg

Vue d'ici...

Je vous avais écrit de la Cité Blanche.

C’était le 05 octobre 2012, puis le 13 janvier 2013. Je vous écrivais de la cité blanche où je m’étais faufilé dans un récit imaginaire en deux parties. Je gambadais alors dans les allées de la cité blanche pour vous faire découvrir des photos inédites.

Puis le temps a passé… et le temps est vraiment passé… Le blog a continué son cours, au gré des vagues et de la houle, au gré des contributions et de vos commentaires. Mais l’effervescence a battu son plein. L’usure du temps a inéluctablement fait son effet. Le blog, on l’a visité, on en a parlé, on y est allé, parfois en nombre. A croire que ne jamais y être allé, pour un ancien habitant des bidonvilles et des cités de transit de Nanterre, c’est avoir fait preuve d’exception.

Je me souviens encore… il n’y a pas si longtemps… la place était animée, notamment avec le formidable travail entrepris par les amis du blog pour rendre hommage à Abdenbi Guemiah, 30 après sa mort et obtenir la nomination d’un boulevard à son nom.

Et le temps a passé…

Certes, la place n’est pas abandonnée. Quelques irréductibles s’y attardent encore ou passent la tête de temps à autre pour voir ce qui s’y passe et puis s’en vont sans faire de bruit ni laisser de trace de leur passage. D’autres ont quitté la place. Ils reviendront peut être… Peut-être, lorsque la place sera à nouveau animée par les reporters, les saltimbanques, les paroliers, les conteurs, … toutes celles et ceux qui ont contribué à créer le charme de la place.

Pourtant, vue d’ici, la vue est imprenable. D’ailleurs personne ne l’a jamais prise. Elle est insaisissable. Seules ses habitants gardent encore au fond d’eux quelques images et ses secrets. Ceux qui n’y ont jamais habité sauront que son esprit est impénétrable. Seuls, quelques téméraires ont tenté l’aventure en arpentant ses allées et ses artères pour s’en imprégner.

La cité blanche, cette place à ciel ouvert qui retrouve vie à travers le blog. Le blog et la cité blanche se confondent et forment cette place où vous vous arrêtez quelques instants… cette place que je vous invite à redécouvrir avec de nouvelles vues.

Souvenez-vous de cette place où l’on se mariait…

 

mariage.jpg

 …de cette place où l’on dansait…

 

danse.jpg

 

… là où le train passait…

 

le train.jpg
 
…et les maisons brûlaient…

 

feu.jpg

Mais voyez-vous, vue d’ici, cette place semble être une parenthèse dans l’oubli, dans ce monde sans mémoire… une mémoire qui ne demande qu’à être ravivée.

Vous êtes pourtant nombreux à vouloir partager vos souvenirs. Vous êtes là, autour de cette place, en train de patienter, ou à vous impatienter, à attendre le passage du train.

 

public.jpg
Certains feront le voyage… quand d’autres attendront le train suivant.


Je vous ai écrit de la cité Blanche, depuis cette place représentée par le blog, où je suis parti à la découverte d’un trésor encore enfoui en chacun de nous.

 

Djamel Selmet



31/01/2014
14 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 333 autres membres