Cité Blanche Gutenberg

Cité Blanche Gutenberg

Un sentiment de nostalgie

Un sentiment de nostalgie traverse nos esprits à chaque évocation de la cité blanche. Quoi de plus normal que ce sentiment accompagné de mélancolie ou de joie lorsque l’on a passé toute notre enfance dans cet endroit. Les souvenirs s’entrechoquent pêle-mêle, mais le charme est toujours là. Il restera quelques photos de cette période, entretenues tant bien que mal, des archives à l’INA, rappelant les moments les plus pénibles avec la mort d’Abdenbi, et des anecdotes que nous conserverons chacun au fond de nous avec plus ou moins de passion… Ce sont les dernières traces d’un vécu, d’une époque aujourd’hui révolue. Mais l’image de la cité restera au plus profond de nous. Elle fera désormais partie de notre patrimoine.

 

Pour ma part, je garderai de cette cité des souvenirs impérissables. Je souhaite non seulement les garder mais également les partager pour que l’on n’oublie pas par où nous sommes passés, ce que nos parents ont enduré pour nous élever dans des conditions pénibles et misérables. Inimaginables pour ceux qui ne les ont pas vécues. Il a fallu avant tout sortir du bidonville de la rue des Prés, à la limite de la légalité, en marge de la société, situé en bord de Seine à Nanterre, où l’hygiène la plus élémentaire était quasi-inexistante. Un bidonville où la boue était omniprésente. Une boue qui aura eue raison de nombreuses chaussures qui la transportaient du bidonville à l’école ou au travail et lui faisaient emprunter subrepticement les transports en commun à la vue, malgré tout, des voyageurs, des collègues de travail et des camarades de classe. Cette boue que l’on cherchait à dissimuler et qui trahissait la relation avec le bidonville. Par-delà cette boue, nous vivions dans un habitat de misère, dotée d’une seule pièce et sans fenêtre. Il y faisait très froid l’hiver. La pluie s’y infiltrait. Les ordures s’entassaient. Les coupures d’électricité étaient fréquentes. Et même les rats faisaient partie du décor.

 

J’étais bien jeune pour me rappeler tous ces détails de la vie dans le bidonville. Ils m’ont été rapportés par mes parents et mes frères ainés. Bien des livres ont été écrits sur les bidonvilles de Nanterre avec plus ou moins de profondeur et d’authenticité. Mais peu y ont relaté la vie dans le bidonville de la rue des Prés. Non pas qu’il était différent des autres… mais seulement parce que mes parents et mes grands frères y ont vécu. J’aurai l’occasion, plus tard, de vous narrer notre histoire personnelle dans ce bidonville.

 

Le bidonville a été détruit en 1971… Il n'aura pas fallu longtemps aux tractopelles pour le mettre en ruine, en quelques minutes, sous le regard triste et heureux de ses anciens occupants. Tristes, car une séparation est toujours douloureuse. Tristes aussi d’abandonner un endroit, là où les habitants vivaient autour des mêmes valeurs, dominées par le respect et la solidarité. Mais heureux d’échapper enfin à la misère… pouvait-on croire à ce moment. Nous abandonnons de la sorte ce taudis, qui aura malgré tout marqué de son empreinte ses ex-occupants, pour la cité Gutenberg qui se trouve seulement à quelques encablures. Une page est tournée.

 

Après donc bien des épreuves, depuis l’émigration de nos parents, partis de leur bled pour la France, et le passage dans le bidonville, la cité Gutenberg ouvre une nouvelle page de notre histoire.

 

En entrant dans la cité Gutenberg, nous vivons une véritable promotion sociale. Nous échappons à la misère du bidonville pour entrer dans un espace propre et structuré. Le contraste est saisissant. Nous avons le privilège de la visite de Monsieur Chaban Delmas, premier ministre, venu inaugurer la cité sous un ciel bleu. Les enfants de la pouillerie deviennent les enfants du bonheur. Mais nous sommes encore loin d’imaginer l’issue finale. Une issue fatale pour Abdenbi, tué par Bernard Depitout  d’un 22 long rifle en 1982. Sa mort marque le début de la fin de la cité. Une fin qui arrive au bout de 14 années d’existence en février 1985.

 

 

Cette cité de relogement devait être provisoire, pour cinq ans, le temps de trouver un logement… d'où son autre nom, la cité de transit. Mais quelle bouffée d'air, quelle bouffée de bonheur que de se retrouver dans un endroit propre avec des appartements où l'espace y est grand. Enfin un endroit digne pour nos familles, pouvait-on croire encore une fois.

 

Le temps a passé. Mais les souvenirs sont encore là. Gravés dans ma mémoire, comme une empreinte indélébile. Il m'arrive encore aujourd'hui de retrouver la cité durant mes nuits. J'y ai passé ma jeunesse, forgé l'homme que je suis aujourd'hui… L'homme qui sait d'où il vient, ce qu'il a vécu, ce que sa famille a éprouvé pour s'en sortir, pour en arriver à ce que je suis aujourd'hui.

 

La cité Gutenberg, c’était le temps où nous étions tous égaux face à notre quotidien, tous aspirés par les mêmes objectifs, les mêmes craintes et les mêmes soucis. Pas un seul ne pouvait se vanter d'être meilleur ou plus important que l'autre. Nos parents étaient ouvriers dans les usines Renault, Simca ou Peugeot, ouvrier dans le BTP chez Bouygues, éboueurs ou cantonniers à la municipalité, chômeurs, hommes de ménage, en arrêt maladie… Pas de col blanc. Rares sont ceux qui ont tenté l'aventure entrepreneuriale en ouvrant une épicerie ou exerçant illégalement en tant que marchand ambulant. Les femmes étaient mères au foyer, soucieuses d'élever leurs bambins, de trois à plusieurs enfants. Seules les veuves étaient contraintes de travailler pour nourrir leurs rejetons. Nos parents étaient analphabètes… guère instruits et sans formation professionnelle. La langue française n'était pas maîtrisée… loin s'en faut. Le vocabulaire en était alors arabisé pour mieux se l'approprier, jusqu'à métisser les langues. Leur niveau culturel se limitait à ce que leur avaient transmis leurs ancêtres de l'autre côté de la Méditerranée.

 

La cité Blanche, c’était ainsi que nous l’avions rebaptisée. La cité Gutenberg, c’était pour les cultivés et les journalistes. Nous étions très peu à savoir qui était Gutenberg. Mais peu importait qui il était. La cité nous appartenait désormais… Au désespoir de Mr Lorente, le gérant de la cité, que nous surnommions « Rouge-Gorge » en raison de sa tâche de vin qui partait de sa joue gauche vers le cou, la cité était devenue notre territoire. Il le comprit assez vite lorsque, sans succès, il nous interdisait de marcher sur la pelouse. Il ne nous aura pas fallu très longtemps pour défier son autorité et s’emparer de ce gazon, qui disparaissait, au fil des ans, sous le piétinement de nos pas pour laisser place à la terre et la boue quand il se mettait à pleuvoir. Nous y jouions au foot quand ce n’était pas pour y jouer aux billes, à chat ou toute autre activité qu’un enfant peut imaginer.

 

 

Mr Lorente renonça finalement, malgré lui, à nous houspiller et à nous sermonner. La raison des frondeurs, que nous avions été, avait été la plus forte. Il n’avait plus d’autres choix que de s’incliner. Il ne lui restait plus qu’à collecter le loyer pour la CETRAFA (Centres de Transit Familiaux) et organiser la gestion de la cité avec ses sous-fifres, Aarbia, Sadek et Bachir (paix à leur âme). Pitoyable. C’est ainsi que l’on pouvait qualifier la gestion de la CETRAFA. La cité se dégradait plus vite que l’usure du temps aurait pu le faire. Faute d’entretien, la cité s’abîmait. Elle perdait de sa blancheur. Les façades s’écaillaient, des trous se formaient par l'usure et le jeu des enfants. Les traces des appartements incendiés complétaient le décor. Nous n’étions plus livrés qu’à nous même. Malgré tout, nos mères se démenaient pour conserver au mieux la propreté des porches. Mais elles ne pouvaient rien contre les agressions du temps et, il faut bien reconnaître, les allées et venues incessantes et turbulentes de leurs enfants… que nous étions.

 

 

Dans cette cité, de nombreux enfants y sont naît. Certains s’y sont mariés. D’autres, malheureusement, ont été victimes du fléau de la drogue. La délinquance n’a pas été en reste et ceux qui s’y sont frottés d’un peu plus près ont fait connaissance de l’univers carcéral. Oui… Ce fut loin d’être un bonheur, tout le long, la vie à la cité… Et pourtant, quand bien même nous avons enduré les épreuves, et sans chercher à minimiser les drames, ni même les oublier, nous y avons vécu de bons moments et construits de belles amitiés.

 

Nous avons façonné la cité pour mieux l’apprivoiser. Nous l’avons mise en désordre pour mieux s’y repérer. Nous l’avons rebaptisée pour mieux se l’approprier. Nous lui avons donné une âme avant qu’elle ne la rende par la force des choses, sous la charge des bulldozers venus la mettre en ruine après son dernier battement de cœur en février 1985. La cité n’est plus.

 

Le temps a passé. Les enfants du bonheur ont grandi. Mais les vestiges sont encore présents. Les uns sur les autres, les autres avant les uns, les souvenirs s'entremêlent et s'entrechoquent. A chaque souvenir qui surgit… je suis envahi par une grande émotion… la nostalgie de mon enfance lointaine y est sans doute pour beaucoup.

 

Nous avons tous des souvenirs communs ou particuliers qui nous ont marqués. Pour ma part, je me plais parfois à fermer les yeux pour revoir certaines images et revivre les moments. Chaque moment est regardé après coup, avec nostalgie, sous son jour le plus favorable, avec des attraits dont je me plais à l’embellir rétrospectivement. Ainsi, je respire son atmosphère et recrée, empreint d’une certaine émotion, alternant entre rires et larmes, la mémoire de la cité.

 

Djamel SELMET,

 

----------

Pour tout commentaire posté sur cet article, la blogueuse ou le blogueur accepte et approuve de facto la charte du blog dans sa totalité. Veuillez vous référer à La charte de bonne conduite du blog si nécessaire.


16/06/2012
58 Poster un commentaire

Chronique annoncée d'un territoire condamné

Au moment où l'Etat décidait de construire dans l'urgence la cité de transit Gutenberg, l'EPAD (Établissement Public d'Aménagement de la Défense) rachetait progressivement les pavillons aux alentours, situés le long des rues de Bezons, Doucet et Gutenberg mais aussi le long des avenues de la République et Hoche.

 

 

 

Les espaces ainsi libérés par la centaine d'opérations d'expropriation, pour cause d'utilité publique, ont fait l'objet de nombreux projets de construction dont l'installation d'une caserne de gendarmerie (1976). Ce dernier projet, comme tant d'autres, a essuyé une fin de non-recevoir de l'EPAD (propriétaire de ces terrains) au motif que ce vaste secteur de plus de 50 hectares constituait une réserve foncière devant faire, le moment venu, d'un plan d'ensemble pour un aménagement en rapport avec son exceptionnelle desserte tant routière que ferroviaire.

 

Quarante années après l'inauguration en grande pompe de la " cité blanche ", ce territoire -en grande partie en friche- s'est transformé progressivement au gré d'aménagements urbains de grande ampleur : En 1977, apparition des premiers éléments du viaduc ferroviaire  permettant d'abord au transilien (1979) de relier Paris à Cergy-Pontoise puis au RER (1988) de desservir Poissy. En 1979, une nouvelle artère routière voyait le jour. La RN 186, baptisée avenue de la commune de Paris (située entre la rue de Bezons et l'avenue de la République),  éventrait -sans scrupule- notre espace de jeux et d'aventure que l'on appelait le "champ". Cet espace où pas un enfant de la cité qui un jour n'a pas gambadé sur ce terrain accidenté, qui un jour n'est pas entré à la maison les mains noircies pas la terre charbonneuse de ce lieu, qui un jour n'a pas cueilli des mûres sauvages ou dégusté une tige de "besbesse " (aneth) ou qui un jour n'a pas sorti le mouton de l'Aïd vers cet espace – riche en herbes grasses – pour permettre à celui qui allait être sacrifié de goûter à ces derniers instants de plaisir. La mutation s'est poursuivie plusieurs années après la résorption de la cité (1985). En effet, NOTRE paysage a été définitivement défiguré par les tracés autoroutiers A14 (autoroute à péage qui relie la Défense à Orgeval, mise en service en 1989) et A86 (tronçon Nanterre-Pont de Chatou, mise en service en1992). Enfin, les parcelles foncières occupées jadis par le stade Georges Hany (terrain du Chabab), les bidonvilles de la rue des Près et la cité A. Doucet (cité vieille) accueillent, depuis 2006, un parc départemental d'une superficie de près de 15 hectares. Aménagé à partir des bords de Seine, il s'étend entre l'avenue Hoche et les papeteries. Le cliché ci-dessous rend compte de l'impact des aménagements entrepris sur ce territoire depuis plus de trente ans maintenant.

 

 

A travers ces mutations urbaines apparaissent désormais des paysages stériles jonchés d'édifices, comme des paquebots échoués, en rupture d'échelle humaine.  Une métamorphose qui vient s'inscrire de front à NOTRE environnement quotidien qui renvoyait, certes une image hideuse de précarité et de relégation, mais qui -de l'intérieur- respirait à plein poumon l'humilité, la simplicité, la dignité, la fraternité, la solidarité, et la joie de vivre...

 

À travers ce blog, ce territoire restera à jamais comme un musée qui nous permettra, à la fois, de nous ressourcer mais aussi  de transcrire et de transmettre à nos enfants NOTRE HISTOIRE.

Mohamed SELMET


13/07/2012
74 Poster un commentaire

Flashback - Cité Blanche Gutenberg

Voici une vidéo que j'ai reçue, dont l'auteur est inconnu. Il s'agit d'un diaporama de photos que vous avez eu l'occasion de découvrir en parcourant le blog.

 

Cette vidéo vous propose une petite balade dans les recoins de la Cité Blanche Gutenberg, là où nous vivions, à l'ombre des barrières urbaines, pour y découvrir des moments fugaces.

 

Chaque photo est une fenêtre ouverte sur un passé lointain où des visages, des sourires, des regards racontent une histoire, une tranche de vie avec en fond une note de musique dans le concert discordant de la pauvreté urbaine. Malgré les conditions précaires, il y a la beauté de ces souvenirs figés dans le temps, des moments de joie, de la solidarité et des éclats de rire.

 

Alors que les photos défilent, combien de vies ont été capturées par le photographe, combien d'histoires sont racontées ? 

 

 


28/02/2024
8 Poster un commentaire

Prologue

1971, première année de vie de la cité. Eclatante de blanc comme pour éclairer nos visages radieux tout juste sortis de nos baraquements du bidonville de la rue des prés à Nanterre, nous découvrons un endroit magique. Nous sommes heureux de nous retrouver dans cette "luxueuse" cité où tout est différent de ce que nous avons laissé dans le bidonville. 

 

Le peu de souvenir que j'ai de cette date m'est ravivé par mes frères ainés.

 

 

Nos ainés, constituant une nuée d'enfants autour du premier ministre, Monsieur Chaban Delmas, courent, déparés et joyeux, derrière les hommes en costume-cravate venus inaugurer la cité. Des enfants du bonheur, les dénomment-ils, après avoir été des enfants de la pouillerie. En ce jour du 29 juin 1971, Monsieur Chaban Delmas vient de passer une de ses meilleures matinées depuis qu'il est premier ministre, disait-il… C'est effectivement une journée pleine de joie et de bonheur. Sortis du bidonville, nous sommes sous les projecteurs des caméras filmant l'inauguration, comme si la blancheur de la cité ne suffisait pas à nous mettre en lumière.

 

Djamel SELMET

 

------------

Pour tout commentaire posté sur cet article, la blogueuse ou le blogueur accepte et approuve de facto la charte du blog dans sa totalité. Veuillez vous référer à La charte de bonne conduite du blog si nécessaire.


22/04/2012
3 Poster un commentaire

Le vieil homme et la terre

Comme de nombreux migrants, El Bekkaye quitte son Maroc natal à la fin des années 50 pour s’installer en Belgique.

Il débarque seul, laissant femme et enfants là-bas « chez lui » sur l’autre rive de la Méditerranée. Son campement de fortune est situé non loin du bassin minier du Nord-Pas-de-Calais. Venu trouver fortune, cette proximité l’a poussé à travailler dans les houillères pour répondre aux besoins d’exploitation du charbon. A l’instar de ces autres hommes venus d’ailleurs (polonais, italiens…), El Bekkaye  cet ouvrier d’origine agricole, analphabète faisait partie de ces gueules noires que le système permettait d’embaucher au jour le jour, de manière très flexible, selon les aléas de la production et les fermetures de puits.

 

IMG_3685.jpeg

 

Après quelques années de dur labeur passées sous terre, la tête sans doute trop souvent connectée avec son pays natal, il s’en retourna là-bas - « son vrai chez lui », le temps d’organiser le rapatriement de sa petite maisonnée vers une autre terre hospitalière… la France.

Mais avant l’arrivée des siens en Métropole, El Bekkaye avait pris soin de construire son refuge, fait de matériaux de récupération où l’eau courante n’existe toujours pas et où l’électricité tarde encore à scintiller… un peu comme là-bas ! A son image, l’installation s’est faite dans la discrétion au 97, rue des Près à Nanterre, non loin des chemins de halages en bordure de Seine.

Après l’univers des gueules noires, El Bekkaye se frotte durement au monde des bâtisseurs, particulièrement à celui du BTP. Pénibilité, rudesse et souffrances physiques ont accompagné silencieusement cet ouvrier modèle, réfugié autour de son épouse et ses neuf enfants mais aussi dans ses valeurs, sa culture et ses traditions.

Désormais, l’heure de l’ « entraite » (prononciation de retraite en arabe dialectale) a sonné pour celui qui est devenu entre temps El haj El Bekkaye (marque honorifique donné au personne ayant accompli le pèlerinage à la Mecque).

Alors que la retraite est synonyme pour certains « chibanis » d’interrogations, de solitude à l’instar d’un coureur de fonds… pour El haj El Bekkaye, c’est une nouvelle vie qui s’offre à lui. Personnage dynamique et endurant, il décide de consacrer cette seconde partie de sa vie à la terre. Il a un rapport singulier avec cette matière constituant la couche supérieure du globe où se développe la vie végétale. Pour cet homme pieux, elle est aussi synonyme de « dernière demeure avant l’autre vie. » aimait-il à rappeler.

Quelques temps déjà avant sa cessation d’activité  professionnelle, El haj El Bekkaye -grâce aux bonnes relations de voisinage  qu’il a su tisser avec les propriétaires terriens de ce domaine- jouissait d’une parcelle foncière qui lui permet de s’adonner à la culture de la menthe et de la coriandre. Cette passion pour les travaux agricoles l’amène très vite à produire encore davantage pour satisfaire les besoins des nombreuses familles, essentiellement venues d’Algérie et du Maroc, installées dans les bidonvilles aux alentours. Le sol mêlé d’humus et propre à la végétation, combiné avec un art certain des techniques agricoles ancestrales, offrait un parfum unique et un goût hors du commun à ces plantes aromatiques. Victime de son succès, EL haj El Bekkaye finit par céder aux sirènes des marchés populaires de Nanterre et de Clichy-la-Garenne. Afin d’assurer la vente et satisfaire la nombreuse clientèle, il embarque régulièrement avec lui ses enfants et neveux.

Très habile négociateur, il réussit -pour une poignée de francs- à élargir son étendue foncière. Ce nouvel espace, tantôt très foisonnant, tantôt très épuré mais dans lequel la nature et l'écologie jouent un rôle majeur -à une époque où ce n'était pas encore la mode-   lui permet de développer une nouvelle production autour des légumes comme les carottes, courgettes et autres navets.

En plus de son étale dans les marchés,  El haj El Bekkaye élargit sa zone de chalandise en pénétrant dans les cités de transit de Nanterre. Régulièrement, les habitants  des Grands Près, des Marguerites, de  la Cité du Bld du Havre… sont alimentés en produits frais, venus directement du jardin. La TPE familiale (Très Petite Entreprise) repose essentiellement sur le patriarche fondateur qui se charge de bichonner ses « petits bébés » alors que  ses enfants sont chargés de la commercialisation. Très vite, son domicile -où il fait bon vivre- se transforme en boutique maraîchère de proximité faisant le bonheur des familles de la Cité Blanche.

L’agriculture est sans doute l’une des principales activités extérieures dépendante des saisons. Pour notre vieil homme, peu importe les conditions atmosphériques, il trouvre toujours prétexte pour se rendre dans ce coin paisible, loin de la civilisation : « Entre mars et octobre, notre père passait plus de temps dans son jardin qu’à la maison. Il sortait dès les premières lueurs du crépuscule et il ne rentrait qu’au couché du soleil. Sa vie était calquée comme celle d’un paysan… mais dans la ville.» précise sa fille cadette.

Alors que ses terres ne sont qu’à quelques encablures de la Cité Blanche Gutenberg, et soucieux de « rentabiliser » son énergie et son temps précieux, El haj El Bekkaye -en bon « vieux paysans »-  construit de ses propres mains une cabane de jardin qu’il rend modestement confortable en y installant  table,  chaises, réchaud, et lit d’appoint. Ainsi, il passe ses journées en solitaire, parfois rejoint par sa discrète épouse.

Cet homme de caractère, sec et longiligne, n'a que très rarement fait appel à la médecine. Son secret, « une alimentation saine, à base de deux ingrédients : l’huile d’olive et les épices.» tient à préciser l'un de ses nombreux enfants. En dépit de la longueur des journées passées dans le jardin, malgré la dureté du travail physique, El Haj El Bekkaye reste un homme robuste et solide. "Notre père avait une capacité de récupération d’un jeune homme de 20 ans. Il dormait très peu.» rapporte sa fille Karima les yeux plein d’admiration.

Après plusieurs décennies les mains plongées dans la terre, c’est le cœur meurtri qu’il se voit contraint de quitter la Cité Blanche, en décembre 1984, pour atterrir dans un pavillon à Asnières.

Malgré la distance, et fort de ses capacités physiques amoindries, le vieil homme se rend quotidiennement dans son jardin en empruntant le bus 304 pour rallier Nanterre. Cette relation amoureuse avec ce paradis perdu au milieu de nul part est définitivement interrompue en 1990 quand les pouvoirs publics décident de préempter ses réserves foncières pour procéder à  l’aménagement de ce territoire d'intérêt national (Autoroute  A 14).

Le vieil homme à la barbe blanche est très chagriné et très peiné par cette rupture : « Elle était pour lui, mais également pour nous quelque part,  synonyme  d’arrachement, de déracinement. » témoigne l’une de ses filles, la voix pleine d’émotion.

Pour combler ce chagrin, et pour ne pas rompre cette fusion avec la terre, El haj El Bekkaye aménage un modeste potager dans son  petit bout de terrain, confiné à l'arrière de son pavillon.

Le vieil homme, toujours vêtu de blanc lors des grandes occasions, s’en alla rejoindre définitivement sa terre chérie en 2002, à l’âge de 115 ans.

Merci Monsieur El haj El Bekkaye El Kahodi… car c’est aussi un peu grâce à vous que nos plats étaient savoureux et nos fêtes délicieusement imbibées de ce thé à la menthe fraîche, venue tout droit de votre jardin secret et partagé à la fois.

 

Mohamed SELMET 


11/09/2013
28 Poster un commentaire