Cité Blanche Gutenberg

Cité Blanche Gutenberg

2 - Construction et description de la cité

Alors que Nanterre accueillait sur son sol l’Université Paris X afin de désengorger la Sorbonne (1966), la fin des années 60 fut marquée par l’extrême visibilité des bidonvilles.

 

Pour reloger les habitants des taudis situés à proximité de cette faculté de lettres et de sciences humaines, le Préfet des Hauts-de-Seine décida de construire la cité de transit Gutenberg. Celle-ci a été édifiée grâce au concours du Département sans que celui-ci n’ait eu recours à l’emprunt, ce qui représentait une condition appréciable pour le gestionnaire qui n’a eu à supporter aucune charge financière.

 

Parallèlement, les nouvelles dispositions relatives à la loi Vivien du 10 juillet 1970, tendant à faciliter la suppression de l’habitat insalubre,  offraient au Préfet l’opportunité d’aboutir à des relogements autoritaires en foyers pour les travailleurs, en cités de transit pour les familles « relevant d’une assistance socio-éducative », avec accès direct en HLM pour « les familles  évoluées » (formules officielles).

 

C’est dans ce contexte que fut édifiée en 1971 (en moins de 3 mois), sur une parcelle foncière de 4 hectares acquise quelques semaines plus tôt par l’EPAD, la cité de transit Gutenberg. Le terrain d’assise était constitué de déblais et de déchets provenant de l’entreprise mitoyenne, les « Papeteries de la Seine. »

 

Extrait du plan cadastral

 

L’ensemble immobilier -construit par la société  JOLY-POTTUZ-  était constitué de 200 logements (50 F3, 50 F4 et 100 F5) –dont 192 loués- répartis sur 16 bâtiments de conception architecturale horizontale en bande -d’une longueur variant entre 72 et 120 m- posés sur un simple radié en béton armé. Ces derniers, composés de deux niveaux (RDC + 1),  s’articulaient autour de 50 unités uniformes dont chacune d’elle accueillait 4 logements : 2 habitations en RDC et 2 autres en étage, desservies par un escalier droit entièrement métallique avec un palier de départ formant une première marche.   

 

 

Image extraite du permis de construire déposé par la société JOLY-POTTUZ

 

Les bâtiments étaient structurés à partir d’une armature métallique constituée de tubes carrés et de panneaux d’agglomérés à base de mousse de polyuréthane expansé, chargée de billes de verres. Ces derniers panneaux étaient fixés par clouage et vissage. Les planchers des logements reposaient sur une ossature de bois recouverte de thermoplastique. Les parois intérieures étaient en plaque de plâtre de 10 mm d’épaisseur.  Enfin, les faces côtés cages d’escalier étaient en amiante ciment.

 

Les logements étaient équipés d’appareils sanitaires (évier, robinets, chauffe-eau au gaz butane, lavabo, bac à laver, cuvette toilette à l’anglaise…), toutes les pièces étaient équipées de fenêtre bois. Seules les fenêtres en RDC étaient condamnées par des volets accordéon en PVC gris. Quelque soit la typologie des logements (F3, F4 ou F5), ils étaient tous équipés de placards sans porte : 2 pour les F3, 1 local rangement pour les F4 et 4 placards pour les F5. Les logements étaient chauffés par le biais de convecteurs runtal alimentés à partir d’une chaufferie centrale, desservant au moyen de réseaux, extérieurs chaque bâtiment en fluide constant.

 

Chaque unité d’habitation (cage d’escalier) était équipée en RDC, d’un local poubelles et d’un local voiture d’enfants. A l’étage, on retrouvait un séchoir commun donnant directement sur le palier.

Les voies de desserte des bâtiments étaient composées d’une allée principale d’une largeur de 2,50 m, revêtue d’un enrobé type asphalte,  encadrée sur les côtés de « trottoirs » gravillonnés d’une largeur de 2,00 m partant du pied des bâtiments jusqu’à la chaussée goudronnée. Devant chaque cage d’escalier était aménagé un passage de 1,50 m sur 2,00 m, constitué par une couche de béton.

 

 

Terrain de football

 

Outre ces habitations, la cité était agrémentée d’une aire de stationnement de 70 places, de vastes aires de jeux d’une surface globale de 400 m² répartis en 5 espaces distincts de 80 m² chacun : balançoires, toboggans, manèges, cages à poule, terrains de football...

 

Le coût de construction prévisionnel TTC était évalué de l’ordre de dix millions de francs.

A l’aune de sa mise en service, il était évident que la cité de transit Gutenberg présentait un progrès certain par rapport aux bidonvilles et aux premières cités de transit type « pavillonnaire », telles que A. Doucet (cité vieille), toute proche ou les Grands-Près, le long de l’A 86 face à la cité des Marguerittes, autres cités de transit gérées par la CETRAFA.

Le prochain chapitre sera consacré à la gestion de la cité

 

Mohamed SELMET

 

------------

Pour tout commentaire posté sur cet article, la blogueuse ou le blogueur accepte et approuve de facto la charte du blog dans sa totalité. Veuillez vous référer à La charte de bonne conduite du blog si nécessaire.



29/09/2012
21 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 333 autres membres