Cité Blanche Gutenberg

Cité Blanche Gutenberg

Souvenirs du 14 juillet 1962

Je me rappelle d'un certain jour où notre aire de jeux avait été occupée par des ouvriers. Les gamins du coin étaient là, debout sur le bord du trottoir, spectateurs immobiles de ce grand "brouhaha".

Une grande estrade avait été installée sur la berge de la Seine, là où d'habitude nous nous amusions.

Dans mes souvenirs, des tables et des chaises avaient été disposées de chaque côté de cette estrade, de façon à laisser au centre, une piste danse.

Une effervescence particulière animait les bords de Seine en ce jour spécial. Le boulevard de la Seine qui était emprunté ordinairement par les "résidents" du quartier, devenait pour un soir le rendez-vous de nombreux Nanterriens. Les voitures affluaient et se garaient le long des trottoirs.

L'orchestre, installé sur la fameuse estrade, jouait de la musique et faisait danser les gens sur les chansons du moment. Les lumières scintillantes des lampions, la musique, les voix, les éclats de rire, devaient se voir et s'entendre de très loin.

Nos parents, à l'écart, observaient discrètement ce spectacle sans y participer. Nous les enfants, avec la curiosité qui nous caractérisait, avions fait plusieurs escapades dans cette zone de liesse. Mais nous étions bien vite revenus au bercail.

Cette fête se prolongea tard dans la nuit. Au petit matin, il n'y avait plus personne, plus de voiture, plus de flonflon, la guinguette avait disparu.

L'estrade démontée, les chaises et les tables ramassées, il ne restait plus que le rêve de cette soirée: la soirée du 14 juillet 1962.

Pourquoi ce souvenir précis du 14 juillet 1962 ? Parce qu'il coïncidait avec la célébration discrète de la naissance d'une de mes sœurs.

 

Rkia Souni



17/03/2013
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 334 autres membres