Cité Blanche Gutenberg

Cité Blanche Gutenberg

Le père Antonio

 

Crâne dégarni, cheveux grisonnants, casquette blanche vissée sur la tête, corpulence sèche, un accent qui trahissait ses origines italiennes... le père Antonio vendait de la joie.

 

Installé dans sa Renault 4 bleue et blanche aménagée après avoir subi l'ablation de la cloison arrière et agrémentée d'une énorme casquette métallique surplombant les réfrigérateurs dans lesquels étaient enfouis les trésors parfumés, le père Antonio se manifestait aux notes de sa trompette.  

 

Autour du véhicule, chargé de cornets, de crèmes glacées, de cônes et d'esquimaux, les enfants des cités accouraient pour mieux se bousculaient la fièvre aux yeux, la gourmandise au bord des lèvres... pour assister au spectacle de composition, à la fois coloré et parfumé. Agglutinés telles des abeilles autour d'une ruche, nous nous contentions, le plus souvent, d'hûmer les parfums au goût de vanille, de chocolat, de fraise, de pistache, de menthe, de praline...

 

Néanmoins, oui ! le père Antonio nous vendait de la joie.

 

 

 

 

 

 

 

Aux journées chaudes, à l'heure alléchée, le père Antonio était attendu tel le messie. Occasionnellement, il nous arrivait, nous mômes de familles nombreuses et de classe ouvrière, de goûter au plaisir de saison, grâce au francs trouvé ou quémandé ici ou là.

 

Denrées rares, nous nous délections de cette crème glacée posée sur un cornet de gauffre croustillante, que nous serrions très fort entre nos doigts de peur qu'il tombe et, sans doute aussi, de peur qu'on nous l'arrache. Plus la dégustation s'éternisait (histoire de faire durer le plaisir) et plus la substance colorée et sucrée dégoulinait le long de nos doigts que nous finissions toujours par lêcher, sans grimaces.

 

Tout comme le vieux bonhomme qui, au moment de quitter les lieux, prenait son bâton à la main pour empêcher les bambins de s'agripper à l'arrière de son outil de travail, ce rituel saisonnier ne nous l'oublierons jamais. 

 

Mohammed SELMET

 

------------

Pour tout commentaire posté sur cet article, la blogueuse ou le blogueur accepte et approuve de facto la charte du blog dans sa totalité. Veuillez vous référer à La charte de bonne conduite du blog si nécessaire.



23/08/2012
24 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 333 autres membres