Cité Blanche Gutenberg

Cité Blanche Gutenberg

Un hommage digne et authentique

Près de 300 personnes, toutes générations confondues, venant de tous les quartiers de la commune, de toute la région parisienne voire même de province, se sont retrouvées samedi dernier en fin de matinée, sur le parvis du collège A. Doucet, pour commémorer la mémoire de Abdenbi Guémiah, trente ans après avoir été assassiné.

 

Regroupée sous une gigantesque bâche, installée à l’aube -sous une pluie battante- par une dizaine de membres actifs du blog de la cité Gutenberg, la famille Guémiah était entourée d’anciens habitants de la cité blanche dont l’émotion était très visible sur les visages.

 

 

 

Une immense foule s'était rassemblée autour de Mme Guémiah et de ses enafnts

sous un chapiteau de fortune

 

 

La cérémonie d’hommage débute par la transmission d’une gerbe de fleurs blanches (blanc comme dénominateur commun entre la pureté du défunt et le nom donné à la cité), portée par deux jeunes enfants, à Madame Guémiah. « Nous petits enfants de la cité Gutenberg, nous vous transmettons cette gerbe de fleurs en hommage à Abdenbi. Désormais, charge à vous, grands parents et parents, de nous transmettre votre mémoire, notre histoire » déclarent Maëssane et Adel.

 

Le dépôt de gerbe florale au pied de la plaque commémorative, à côté de laquelle est apposé un portrait géant de Abdenbi, s’en est suivi d’une minute de silence. Intense moment de communion, lors duquel nombreux parmi les participants n’ont pu contenir leurs larmes.

 

Maëssane et Adel

 

Mme Guémmiah entourée de K. Ferhi (à gauche) et Cheikh Si Moussa (à droite)

 

 

En l’absence du Maire de Nanterre qui a décliné l’invitation à prendre part à cet hommage, c’est devant un par terre de personnalités composé d’élus locaux (A. Cassou, Z. Ben Amar, P. Marchal, R. Tayeb, F. Masanès et H. Banaddi-Bigdade), du Consul d’Algérie (A. Dehendi ), de responsable politique (Camille Bedin), de dirigeants associatifs (Ligue des droits de l’Homme, MRAP, Nahda…), de Mme Le Touzet et du Prêtre-Médecin François Lefort, que Hassan Guémiah s’est adressé à l’assemblée pour remercier les organisateurs de cette initiative « qui respire la sincérité et l’authenticité » déclare-t-il. Il exprime également sa reconnaissance à l’endroit  des personnes présentes pour s’être fortement mobilisées pour rendre hommage à son frère. A l’issue de cette première allocution, Mohamed Taleb -représentant du blog de la Cité Blanche Gutenberg- a rappelé que Abdenbi était un homme de cœur, un homme d’esprit, un homme d’engagement et d’action, un homme chaleureux et généreux, un homme croyant et charitable. « Abdenbi doit appartenir, sans équivoque, à l’histoire de notre ville » affirme-t-il. Parmi les souhaits exprimés par les organisateurs, solennellement relayés par Mohamed Taleb, figurent  l’inscription sur l’agenda municipal d’une cérémonie d’hommage annuelle à la mémoire de Abdenbi mais aussi l’inauguration, à brèves échéances, d’une artère ou d’un bâtiment communal portant son nom.

 

 

Allocution de Hassan Guémiah

 

Allocution de Mohamed Taleb, représentant du Blog des amis de la cité Gutenberg

 

 

Au terme des ces allocutions, une cérémonie religieuse est venue accompagner cet hommage. Avant de procéder aux douaa (invocations) rendu au défunt, le Cheikh Si Moussa Touhami, s’est appuyé dans son propos de circonstance sur le verset 99 de la sourate An’ nissa (les femmes) pour rappeler que Abdenbi est mort alors qu’il revenait de la mosquée.

 

 

 

Mains ouvertes vers le ciel lors de la douaa prononcée par Cheikh Si Moussa

 

 

La cérémonie aura été marquée par un moment particulièrement émouvant : la lecture impromptue d’un poème dédié à Abdenbi, couché sur un morceau de tissu blanc. Précieusement conservé comme une empreinte indélébile par Mustapha Bounouhi, auteur du texte,  ce brassard était porté par les habitants de la cité blanche à l’occasion de la marche silencieuse, organisée dans les rues de Nanterre au lendemain de la mort de Abdenbi.  

 

Poème écrit par Mustapha Bounouhi

 

 

Pour ponctuer cette cérémonie, parfumée de solennité, Lottfi Zouina et Omar Chaouch -membres du groupe « Les Amis d’Abdenbi »- ont interprété la chanson « Nanterre ville bidon », composée au lendemain de l’assassinat de Abdenbi. Alors qu’ils reprenaient mélodieusement le prénom de Abdenbi au terme de leur chanson, près deux cents ballons blancs s’envolaient vers un ciel de plus en plus éclairé.

 

De gauche à droite, Omar Chaouche et Lottfi Zouina

 

 

 

 

 

Ce moment de rassemblement et de recueillement était aussi l’occasion des retrouvailles, trente ans après la résorption de la cité Gutenberg. Trente ans après que les familles aient été éparpillées dans tout le département, voire au delà.

 

 

Trop vieux désormais pour les reconnaitre

 

 

Les yeux encore rougis, les poils encore hérissés, les visages se sont détendus autour d’une pâtisserie, d’un thé ou d’un soda. Après quelques instants d’hésitation et d’identification des visages, marqués pour certains par les stigmates du temps qui s’est écoulé, les embrassades se succèdent aux accolades et aux anecdotes. Plus de trois heures après la fin de la cérémonie, le parvis du collège reste noir de monde. Les anciens habitants de la cité ne veulent plus se séparer de peur d’attendre encore trop longtemps avant de se revoir.

 

 

La Rédaction

 

------------

 

Pour tout commentaire posté sur cet article, la blogueuse ou le blogueur accepte et approuve de facto la charte du blog dans sa totalité. Veuillez vous référer à La charte de bonne conduite du blog si nécessaire.





07/11/2012
19 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 334 autres membres