Cité Blanche Gutenberg

Cité Blanche Gutenberg

Témoignages - Hommage du 3 novembre 2012 (2/3)

 

 

     Estelle LE TOUZE

                                      Ancienne chargée de mission auprès du Préfet et ancienne Elue Nanterre

 

 

’’ Quelle vive émotion de retrouver, trente ans après, les membres des familles de Gutenberg et avec qui, en tant que chargée de mission de l’Etat pour la résorption de cet habitat indigne, j’avais travaillé plus de deux années, aidée d'une équipe préfectorale, à rechercher des logements sociaux sur l’ensemble du département et à organiser les installations pour qu’un avenir s’ouvre enfin à chacun.

 

Il en a fallu de la belle énergie à chacun, et tout particulièrement aux amis d’Abdenbi, pour exiger enfin ce à quoi avaient droit leurs parents et famille: la reconnaissance par la puissance publique des conditions scandaleuses de leur existence ségrégée par l’obtention d’un logement décent dans les patrimoines sociaux.

 

Il en a fallu de la belle énergie à chacun, et tout particulièrement aux vieux parents, pour quitter ces lieux physiquement dégradés mais profondément chaleureux dans les relations tissées au cours des ans, et partir s’enraciner dans un vrai « chez soi », souvent loin des autres.

 

Beaucoup d’anciens ne sont plus mais j’ai retrouvé leurs visages, leurs expressions à travers leurs enfants devenus parents. La présence nombreuse de ces derniers et celle de leurs propres enfants témoignait de ce qu’avait été la solidarité et le partage d’antan, solidarité qui demeure encore aujourd’hui.

 

L’hommage rendu à Abdenbi par ses amis était juste, fort et porteur d’avenir : c’est sa mort insupportable qui a déclenché la prise de conscience nationale.  C’est maintenant son souvenir, un jour gravé quelque part, dans une rue ou un bâtiment public de Nanterre, qui rappellera la bataille pour une dignité retrouvée. Son histoire est aussi notre histoire nanterrienne. ’’

 

 

 


 

 

       Camille BEDIN

                                                Secrétaire Nationale de l'UMP

 

 

’’ Nanterrienne depuis quelques années, j'ai été très émue d'assister à l'hommage rendu à Abdenbi Guemiah, ce samedi 3 novembre. J'ai été frappée par la dignité et la simplicité de cette cérémonie. Les ballons blancs, les fleurs blanches, pour évoquer cette cité blanche où a lieu ce drame, étaient très élégants et émouvants. Chaque vieil ami et habitant a semblé se retrouver après 30 années comme s'ils s'étaient quittés hier, sans s'être jamais oubliés.

En quelques minutes, j'ai eu l'impression moi aussi d'avoir connu Abdenbi et d'être projetée avec tous les présents au coeur de cette cité, 30 ans auparavant. Je pouvais presque le voir chanter Brel avec sa guitare aux enfants, plein d'espoir.

Abdenbi Guemiah, sa famille et tous les habitants font partie de l'histoire de Nanterre. Cette ville est imprégnée de ces histoires quelquefois tragiques, souvent difficiles, mais toujours pleines de vie et de volonté de s'en sortir. Les habitants de la cité blanche Gutenberg ont fait changer les choses. Abdenbi a certainement permis à la ville de changer de visage. Il reste encore bien d'autres combats à mener. J'espère que nous saurons toujours nous souvenir et prendre espoir sur la dignité et la détermination de ceux qui étaient présents ce samedi 30 novembre, en souvenir d'Abdenbi Guemiah. ’’

 

 

 


 

 

        André CASSOU

                                         Adjoint au Maire, Président du Groupe MRC 

 

 

’’ Le 23 octobre 1982, Il y  trente ans, Abdenbi Guemiah était assassiné parce que « jeune et arabe » comme l’avait dit, quelques jours après en visite à la cité Gutenberg, le Secrétaire D’Etat à l’Immigration de François MITTERRAND, François AUTAIN. Ce drame avait suscité une vive émotion dans la ville où une manifestation rassembla plus de 2000 personnes. A l’époque, Jeune responsable socialiste à Nanterre, je me souviens de la gravité, du recueillement et du grand mouvement d’empathie qui s’était manifesté à cette occasion-là. Nanterre, tout Nanterre était en deuil d’un de ses enfants.

 

Quelques années plus tard, nous avons tous souhaité inscrire cet évènement dans la mémoire de notre commune en apposant une plaque commémorative à l’entrée du collège André Doucet qu’Abdenbi avait fréquenté. Il était donc tout naturel de répondre, le 3 novembre, à l’invitation du « Blog des Amis de la cité Gutenberg » à partager un moment de souvenir et de recueillement avec tous ceux, parents et amis, qui avaient partagé cette douleur.

 

Une manifestation empreinte d’une grande dignité où se retrouvaient des amis que les années avaient pu séparer mais dont la volonté d’être présents ce jour-là allait de l’évidence. Le souvenir et le plaisir de se revoir étaient étrangement mêlés. Un moment de mémoire indispensable pour notre ville. ’’

 

Témoignage auquel se joint Mr MASANES, conseiller municipal MRC

 

------------

 

Pour tout commentaire posté sur cet article, la blogueuse ou le blogueur accepte et approuve de facto la charte du blog dans sa totalité. Veuillez vous référer à La charte de bonne conduite du blog si nécessaire.




13/11/2012
7 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 333 autres membres