Cité Blanche Gutenberg

Cité Blanche Gutenberg

O comme...

O comme… Olé

 

Cette interjection espagnole, initialement utilisée dans les corridas, exprime l’admiration et marque une certaine approbation.

Olé est également perçu comme synonyme d’encouragements.

Depuis près d’un an maintenant, rares sont les journées dans la vie du blog où l’on ne se laisse pas porter par les commentaires et autres anecdotes de notre ami José Gomez, souvent ponctués par des « Olés ! ». Ces encouragements contribuent à donner force et énergie aux contributeurs.

A travers ces récits, José c’est le temps de l’histoire qui rejoint celui de la narration. Il fait partie de ces narrateurs témoins qui savent partager leurs ignorances, leurs découvertes, leurs sentiments…

Merci cher José pour tes Olés de participation continue.                                                                  Au fait José..., Olé ne serait-ce pas une déformation arabe de plus dans la langue espagnole ?


 

O comme… Occultation

 

L’histoire des cités de transit de Nanterre a été victime, durant trente ans, d’un phénomène d’occultation, tel un astre caché de toute source de lumière.

Comme le défini l’astronomie, l’occultation est une disparition passagère.

Les faisceaux éclairés du blog, irrigués de souvenirs et de mémoires impérissables,  ont décidé de ne plus laisser dans l’ombre ces pages d’histoire, à part entière, de Nanterre.


 

O comme… Origine

 

Que suis-je ? Français ? Etranger ? Français d’origine étrangère ?

 

Mon origine… ce point de départ de mon identité.

Mais à vrai dire… quelle est mon origine ?

Mon origine est-elle déterminée par la consonance de mon nom, de ma couleur de peau… ou plutôt en fonction du pays de naissance, de l'origine de mes parents et grands-parents, … ?

 

Mon origine… ce point de départ à ajustement variable.

Oubliée quand je suis un bon Français, rappelée quand je ne le suis plus.

Mais qu’en est-il d’Isabelle Adjani, née d’un père Algérien, d’Yves Saint-Laurent, né à Oran, de Rachida Dati, née d’un père marocain et d’une mère algérienne, de Daniel Prévost, d’origine Kabyle tout comme Edith Piaf, de Jean Reno, né à Casablanca de parents juifs espagnols, de José Garcia, né de parents immigrés espagnols, de Luis Fernandez…  Dit-on d’eux qu’ils sont Français d’origine étrangère ?

Mais me concernant, de par mon origine, on remet en cause mon appartenance à la France…  comme pour Najat Vallaud-Belkacem qui avait été la cible des accusations honteuses de Valérie Rosso-Debord (UMP) qui mettait en doute sa loyauté en raison de ses origines marocaines.

 

Mon origine… ce point de départ de ma richesse.

La France est mon pays, tout comme mon pays d’origine l’est. J’ai cette chance.

Je suis immigré, je suis enfant d'immigré et suis chez moi, ici en France. En effet, mon enracinement en France est profond à tel point que ni le débat sur l’identité nationale, qui ne visait en réalité que l'identité de certains Français dont le nom ou la couleur de peau dérangeaient, ni celui sur la laïcité, autre moyen de pointer la même population, ne peuvent arracher.

Oui, mon origine est ma richesse… car mon origine parle de moi, de mes ancêtres et de mon histoire.

 

Le bidonville et la cité de transit... mes autres origines

Les origines de mon histoire en France.



23/07/2013
10 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 333 autres membres