Cité Blanche Gutenberg

Cité Blanche Gutenberg

M comme...

M comme… Mépris

 

La fin des bidonvilles a imposé le relogement de ses occupants dans ce que l’on a d’abord appelé les cités d’urgence, puis les cités de transit compromis entre les bidonvilles et l’appartement HLM.

Le lancement au début des années 60 de l’opération de la Défense fait de  Nanterre l’un des principaux pôles d’expérimentation des cités de transit. Mais elles existent aussi dans d’autres communes des Hauts-de-Seine comme à Colombes, Asnières et surtout à Gennevilliers.

Ces nouveaux habitats étaient tous implantés dans des espaces non habitables dans des zones industrielles, à proximité de la Seine, de voies ferrées ou encore d’axes routiers, au mépris des habitants et de leur santé, avec tout ce que cela implique en termes de nuisances sonores, de risques de pollution et de risques d’accidents pour les enfants.

Au-delà de l’atteinte à la dignité des familles et quelques soient les lieux de vie, ces dernières partageaient le même sentiment d’exclusion et d’impuissance face à cette forme d’ « assignation à résidence. »


 

M comme… Mémoire

 

La mémoire n’est pas une simple commémoration des souvenirs individuels. C’est une prise de conscience d’éléments partagés au cours d’une histoire et d’une volonté de conserver ces sentiments qui servent de référence et de renforcer les sentiments d’appartenance à une même identité.


 

M comme… Meriem

 

Elle a sillonné les artères de nos cités avec ses baluchons. Chaussettes, foulards ou autres textiles ornaient son étalage ambulant.

Meriem connaissait toutes les familles et adaptait son petit commerce à toutes les bourses. Elle accordait des facilités de paiement sans production de justificatifs.

Meriem n'est plus de ce monde (paix à son âme) mais sa manière de déambuler de maison en maison restera à jamais gravée dans nos mémoires.


 

M comme… Mère

 

Cette mère qui a quitté son pays natal pour rejoindre son mari déjà installé en France.

Cette mère qui est venue en ce pays sans y être préparée… où à défaut de paradis, a découvert les affres du bidonville.

Cette mère peu actrice de sa vie et reléguée au second rang qui, sans bruit, a bâti le socle familial.

Cette mère analphabète et sans instruction, qui, malgré la barrière de la langue, a su prendre son destin en main.

Cette mère courage, loin de ses repères et coupée de ses racines, qui a su préserver la famille et son identité.

Cette mère complice avec ses filles, soucieuse de leur transmettre les traditions.

Cette mère devenue grand-mère, fière d'avoir élevé ses enfants... heureuse quand ses petits-enfants sont autour d'elle.


 

M comme...

 



21/07/2013
9 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 335 autres membres