Cité Blanche Gutenberg

Cité Blanche Gutenberg

Le blog ? Tout le monde en parle… oui, mais…

La nostalgie de notre chère cité blanche nous a conduit à nous enthousiasmer (ou pas) ou à nous exclamer (ou pas) devant une photo prise en noir et blanc – immortalisant des instants de vie – ou à la lecture d’articles relatant des anecdotes, assaisonnées de quelques commentaires pertinents, touchants, parfois drôles et insolites, de quelques blogueuses et blogueurs qui témoignent chaque jour de leur empressement. D’autres blogueurs rêveurs ou pétrifiés se sont abstenus de commenter, comme intimidés ou glacés devant ce retour en arrière. Le nombre de visite quotidien témoigne toutefois de leur assiduité. En revanche, certains blogueurs se sont lassés assez vite pour passer à autre chose. L’engouement des premiers jours date et leur manifestation est réclamée par les blogueurs encore actifs. Ont-ils été déçus, se sont-ils sentis frustrés ou lésés ou sont-ils tout simplement désenchantés ? D’autres blogueurs, simples curieux, ont refusé clairement de s’y attarder ou d’y participer, arguant un intérêt mineur ou une quelconque utilité. Il reste tous les autres qui ont eu vent du blog, jetant par ci et là des regards indiscrets, à l’insu de tous… pour qui la paresse, l’insensibilité, l’indifférence, l’orgueil ou encore la fourberie les condamnent à ne pas se manifester.

 

Mais après tout, peu importe l’intérêt que l’on porte à notre passé commun et au moyen mis en place pour l’écrire et le partager. Nul n’est obligé de se manifester ou de porter un intérêt quelconque à ce blog. Nous n’avons pas mis en ligne ce blog pour obtenir l’adhésion de tous… sinon rien. Leur convenance doit être respectée et acceptée.

 

Oui, mais… Aujourd’hui, rétrospectivement, nous l’aimons encore notre cité, tout du moins les souvenirs qu’elle nous a laissés. Les nombreuses visites et les commentaires postés par les inconditionnels en attestent. Sans eux, nous aurions peut être jeté l’éponge, fermé le blog ou l'aurions laissé à l’abandon.

 

Le nombre de visite dépasse de loin ce que nous pouvions imaginer en lançant ce blog. Cela ne démontre rien mais cela témoigne d’un relatif intérêt à ce support. Il ne devait être au départ qu’un simple album photo commun dans lequel tout un chacun contribuerait à l’alimenter. De cette initiative, le blog est et restera la première matérialisation de notre passé commun. Puis de fil en aiguille l’idée est venue d’y ajouter quelques anecdotes personnelles mais suffisamment coutumières des habitants de la cité pour être relatées. Tout de suite, nous avons été saisi par le besoin d’aller encore plus loin en rédigeant des articles d’information, plus ou moins consistant, retraçant l’histoire de la cité et à travers elle celles de ses habitants. Aujourd’hui encore, nous usons de notre énergie pour récolter des informations auprès des archives de presse, de la mairie, de l’EPAD, de la société d’Histoire de Nanterre, d’autres instituts, de professionnels, de particuliers et personnalités pour enrichir les articles et vous informer au plus juste. Je saisi, d'ailleurs, l’opportunité de ce billet d’humeur pour remercier les sociétés, établissements et organismes pour leur concours. C’est aussi l’occasion pour nous de remercier, vivement, tout particulièrement Houcine Hanane pour l’abondance de photos qu’il nous a allouée et qui nous permet d’alimenter le blog et d’illustrer les articles.

 

Fort de ce modeste et relatif succès, le blog de la cité blanche se veut être plus qu’une simple vitrine. Il se veut, certes, être un lieu où chaque blogueuse et chaque blogueur, actif ou simple visiteur, peut plonger ses yeux et s’arrêter devant une photo ou un article inondant son esprit de tant de souvenirs, le précipitant quelques années en arrière, le temps d’esquisser un sourire estampillant un bonheur impalpable mais tellement véritable. Mais il se veut, surtout, être un lieu vivant où tout un chacun peut contribuer à écrire notre histoire commune et à donner une belle image de notre communauté. Mais attention, l’idée n’est pas de s’enfermer dans un communautarisme qui viserait à nous différencier volontairement ou à nous dissocier du reste de la société. Surtout pas ! Au contraire, par l’intermédiaire de ce blog, nous voulons être partie prenante de cette société, en d’autres termes être impliqué.

 

N’oublions pas qu’hier (il y a plus de 30 ans), nous réclamions plus de justice, plus d’équité, plus de respect… Nous réclamions le droit à un logement décent et d’être mieux considéré… Nos parents et nos ainés – que certains d’entre nous sont encore – ont dénoncé, en leur temps, les conditions de vie difficiles dans lesquelles nous avons vécu… Ils se sont manifestés pour revendiquer et exiger un confort et aspirer à des conditions meilleures. La plupart d’entre nous est aujourd’hui mieux loti que nous l’avions été au temps de la cité… avec peut être le vivre ensemble en moins. Mais à n’en pas douter, nous préférons pour nos enfants les conditions actuelles de notre vie plutôt que celles vécues à la cité… [Pour autant, je suis nostalgique et ne regrette pas ma jeunesse passée à la cité]. Où serions-nous sans l’engagement fort de nos parents et de nos ainés ? Nul ne le sait. Par contre, nous savons que cet engagement a contribué à nous rendre la vie meilleure.

 

L’ambition du blog est d’aller encore plus loin… mais pour y arriver, nous avons besoin de vous, de vos commentaires et de vos remarques, tous aussi pertinents qu’impertinents (dans le cadre de la charte du blog qui garantit sa qualité).

 

Habitants des bidonvilles et des cités de transit, nous sommes partis de très loin, dans des conditions précaires. Mais depuis, nous avons entrepris des actions pour nous sortir de nos conditions de vie misérable, nous avons gravi des échelons pour nous hisser à un rang honorable et respectable et aujourd’hui nous mettons tout en œuvre pour transmettre à nos enfants nos valeurs, fondées sur la solidarité et le partage, et pour que ne soit plus posé la question de notre implication au sein de la société.

 

L’ambition du blog, outre de réaliser un travail primordial de mémoire et de créer un espace interactif facilitant les échanges et les retrouvailles, est de véhiculer une image « responsable » et « respectable » de jeunes issus des bidonvilles et des cités de transit, à travers nos valeurs et nos parcours respectifs.

 

Aujourd’hui le blog intéresse un public bien ciblé, dans l’essentiel est issu de la cité blanche. Mais nous pensons aussi qu’il est susceptible d’intéresser un public plus large, l’ensemble des jeunes issus des bidonvilles et des cités de transit de Nanterre, le grand public, mais également la presse, dès lors que nous aborderons plus tard les enjeux de société liés à nos valeurs et notre diversité.

 

Alors, franchement, cela ne vaut-il pas la peine de participer à ce blog ? Ne serait-ce que pour dire « non, cela ne vaut pas la peine ! » N’est-il pas passionnant de retracer nos souvenirs et d’exprimer notre enthousiasme, en se fichant des fautes d’orthographe ou de syntaxe grammaticale ? Si vous frémissez à la lecture d’un article ou en contemplant une photo, faites nous part de votre émotion, de votre remarque ou de votre contestation. Ne faites pas de complexe ! N’attendez pas les commentaires des autres ! La variété des intervenants permettra d’enrichir un peu plus le blog. Il ne faudra vous en prendre qu’à vous-même si vous voyez toujours les mêmes répondre.

 

Le principe de ce billet d’humeur est de prendre parti… J’ai pris parti de vous encourager à nous faire part de vos croustillantes anecdotes et remarques, et à participer aux différents débats que nous organiserons.

 

Bonne lecture… et bons commentaires !

 

Djamel SELMET

 

------------

Pour tout commentaire posté sur cet article, la blogueuse ou le blogueur accepte et approuve de facto la charte du blog dans sa totalité. Veuillez vous référer à La charte de bonne conduite du blog si nécessaire.



21/09/2012
87 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 333 autres membres