Cité Blanche Gutenberg

Cité Blanche Gutenberg

La cité à l'épreuve des flammes

La vie en collectivité est souvent empreinte de joie, de gaieté et de bonheur partagés mais elle est aussi synonyme, parfois, de peines et de chagrins.

 

Parmi les drames qui ont marqué la vie de la cité, nous retiendrons les incendies qui se sont déclarés respectivement chez Benaniba (Bât I), Benfarès (Bât K) et Aarbia (Bât G, photo ci-dessous). Heureusement (sauf erreur de ma part), ces sinistres n'ont fait que des blessés.

 

 

Quelques soient les causes à l'origine de ces incendies, la légèreté des matériaux de fabrication condamnaient le bailleur à rendre tous les logements - composant les cages d'escalier sinistrées- improductifs. Les porches Benabida et Benfarès ont été rasés. Les espaces ainsi libérés étaient, pour les enfants que nous étions, autant d'espaces de jeu (piste cyclable, court de tennis, terrain de foot, jeu de marelle, saut à la corde...). Seuls les stigmates de l'incendie chez Aarbia ont perduré jusqu'à la démolition de la cité en 1985.

 

Sur ce cliché, ne reconnait-on pas la silhouette distinguée de Boutarfa Abdallah (en costume) ?.

 

Mohamed SELMET



01/07/2012
17 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 333 autres membres