Cité Blanche Gutenberg

Cité Blanche Gutenberg

V comme...

V comme… Valise

 

Il y a très longtemps maintenant, nos parents avaient décidé de quitter leur pays d’origine avec pour seul bagage, une valise rempli d’espoir.

La valise synonyme de voyage, de transit et parfois d’exil reste l’objet commun à tout parcours de migrant.

Plus d’un siècle après leur arrivée, ces valises de l’immigration regorgent de récits où s’entremêlent expériences et émotions partagées liées au déracinement, à la guerre, à l’humiliation, à la misère, au racisme, aux méandres de l’administration, la relation avec les pays d’origine accompagnées de l’incontournable questionnement de l’entre deux... pays, l’entre deux temps, l’entre deux sociétés.

Même si le fond de la valise s’est usé à l’épreuve du temps, cet objet restera pour longtemps encore ce réceptacle secret duquel transpirent notre identité et notre histoire. 


V comme… Vacances

 

Certains y sont déjà… d’autres ont pris quelques jours de congés pendant le mois de Ramadhan pour consacrer du temps aux affaires culinaires et au repos… Et il y a ceux qui attendent la fin de cette période de jeûne pour « hisser les voiles » et « prendre le large ».

La série abécédaire touche à sa fin… Et après 10 mois très soutenus, de dur labeur, le blog se prépare à se mettre en mode détente, les doigts de pied en éventail. Un repos bien mérité. Il gardera néanmoins ses portes ouvertes… et libre aux mordus de s’y replonger et de laisser au passage un petit message… que ce soit du fin fond de leur bled, d’une terrasse de café, au bord de la piscine ou au bureau pour celles et ceux qui n’y seront plus (en vacances).

Ah ! Les vacances ! Ça rappelle les souvenirs au bidonville ou à la cité. Aussitôt l’année scolaire terminée, c’était le début de l’aventure… à la Tom Sawyer… non pas aux bords du Mississipi mais à ceux de La Seine. Les matchs de football s’enchainaient, les joutes « cow-boys » contre « indiens » battaient leur plein et les escapades dans les champs ou les autres cités permettaient de changer de décor ou tout du moins de contexte. Ça, c’était pour ceux qui restaient au bidonville ou à la cité.

Car il y avait ceux qui montaient dans la voiture, préparée par leur parent, en direction de l’Algérie ou du Maroc… Quand d’autres goutaient, parfois pour la première fois, au plaisir des vacances avec les colonies organisées par François Lefort et consort pour sortir les enfants du bidonville et des cités… en compagnie, entre autre, de Jean-Pierre Choquet et Jean-Marcel Cheyron.

Voilà les amis… Encore quelques lettres pour terminer l’abécédaire en votre compagnie.

Nous garderons un œil ouvert de temps à autres pour animer le blog par petites touches, notamment avec la rétrospective de la saison écoulée.

Nous vous retrouverons en septembre… pour une nouvelle saison… et d’ici là… BONNES VACANCES !

 

 



30/07/2013
9 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 334 autres membres