Cité Blanche Gutenberg

Cité Blanche Gutenberg

Manifeste pour agir autrement

Que l’on aime ou pas, que l’on soit d’accord ou pas, que l’on soit « pour » ou « contre », l’affaire Dieudonné fait débat. Les derniers déchainements politico-judiciaires par médias interposés ont semé la discorde. C’est l’occasion pour les uns de marquer leur territoire et pour les autres d’exprimer leur opinion.

L’opportunité m’est offerte de vous livrer mon point de vue…

Tenons-nous le pour dit, l’humour de Dieudonné n’est pas ma tasse de thé… Il l’est encore moins quand son discours est teinté d’une haine paroxystique, aux relents idéologiques des plus dangereux, très loin de mes principes. En effet, ma conviction est que l’on peut débattre, batailler, arguer, blâmer, désapprouver, contester, reprocher, … sans pour autant porter un message de haine, rendant le climat délétère, et sans que cela soit source de conflit.

Néanmoins, l’affaire Dieudonné m’a conduit à mener une réflexion autour de la question juive et sioniste. Elle a renforcé ma quête, non pas de la vérité, mais de la clarté et de la compréhension. Elle m’a surtout amené à me révolter contre les bienpensants de l’ordre établi.

Il y a quelques jours, en surfant sur le web, je tombais sur une vidéo de Coluche lors du « Jeu de la vérité » avec Patrick Sabatier durant laquelle un téléspectateur lui demandait pourquoi il ne racontait pas d’histoire à l’encontre des juifs. Sa réponse fut brève : « Ils sont intouchables ».

Quelques jours plus tôt, je revoyais un sketch des Inconnus intitulé « les envahisseurs », une parodie de la série télévisée éponyme, où les arabes sont « ces êtres étrangers venus d’ailleurs pour conquérir la Terre ». Revoyez le sketch et imaginez un instant les juifs « envahisseurs ». Qu’en-dira-t-on ? La Licra et les autres associations « antiraciste » auraient crié à l’antisémitisme… à n’en pas douter.

Le 11 janvier 2014, dans l’émission « On est pas couché », le chroniqueur Nicolas Bedos, camouflé derrière une barbe – représentant à la fois Dieudonné et un musulman – et une moustache à la Hitler, composant un personnage non fréquentable et antisémite, jetait de la confusion dans les esprits en stigmatisant avec humour (sic) le comportement d’une frange de la population banlieusarde, étrangère et non européenne (CQFD) – musulman, dealer et antisémite.  Mais voilà, la majorité des citoyens français d’origine non européenne, dont je fais partie, n’est pas antisémite, ni inculte et ne voit pas un complot « juif » à chaque coin de rue.

Hors du cadre humoristique, le politique a trouvé nécessaire d’intervenir pour censurer, a priori, les dérives avérées et sectaires contenues dans le spectacle de Monsieur M’Bala M’Bala, intitulé « Le Mur ». Soit. Mais alors, Messieurs les politiques, soyez vigilant pour tous les dérapages et autres dérives. Dorénavant, nous sommes tous « intouchables » dès lors que notre dignité, notre histoire et notre honneur sont profanés. En tout cas je le serai… comme je l’ai été (certes sans le dénoncer) avec les paroles, faits et gestes de Monsieur Valls, pour n’en citer qu’un, demandant d’ajouter « quelques blancs, quelques white, quelques blancos » dans une brocante de sa ville trop colorée à son gout ou en déclarant que les juifs de France « peuvent porter avec fierté leur kippa ». Laïcité ? Egalité de traitement pour tous ? Pas si sûr ! Je rappelle que la loi doit être la même pour tous, qu’elle protège ou qu’elle punisse. Mais comme disait Coluche, « Il y en a qui sont plus égaux que d’autres ».

Il est temps… à l’instar de Monsieur Hessel… de s’indigner ! Il nous faut penser « vivre ensemble » et faire les efforts nécessaires pour véhiculer l’image de notre communauté arabo-musulmane, dont la majorité de ses membres est citoyenne française – la combinaison des deux attributs (arabe et musulman) n’étant pas exclusive. Quelle est cette image ? Tout simplement celle qui est la nôtre, à savoir respectueuse des lois de la République et respectueuse de tous les peuples.

On a le droit d'être contre la politique d'Israël, on a le droit d'être pro-palestinien sans pour autant basculer dans l'antisémitisme. L’antisémitisme n’est pas seulement un problème juif, c’est aussi notre problème. Nous devons le dénoncer comme nous devons dénoncer toute parole ou tout acte raciste à l’encontre des musulmans et des arabes. C’est notre devoir… car nos « représentants médiatiques » ne lèveront jamais le doigt pour exprimer leur réprobation.

Je rêve d’un mouvement – non nationaliste – « arabe » composé de citoyens français œuvrant pour la réconciliation entre les communautés, présentant une image d’ouverture et empreinte de valeurs républicaines de liberté, d’égalité et de fraternité.  

 

Djamel SELMET



14/01/2014
9 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 334 autres membres